Faire rimer externalisation avec personnalisation : la démarche XCG

Faire rimer externalisation avec personnalisation : la démarche XCG

Quand il est question d’adopter un ERP hébergé dans le cloud, une question revient régulièrement : comment concilier cette externalisation avec le maintien de fonctionnalités métier « personnalisées », qui ont fait l’objet de développements spécifiques ? Pour y répondre, XCG propose de penser le changement d’ERP en amont et dans son ensemble, en examinant à la fois processus métiers, environnement applicatif et architecture technique.

Combiner ERP cloud et spécificités métier : plusieurs possibilités

L’intégration de fonctionnalités métier spécifiques dans un ERP hébergé sur une plate-forme externe peut se faire de plusieurs manières.

Premier cas : les fonctionnalités que le client avait développées par lui-même dans son application peuvent trouver leur équivalent dans un ERP expressément conçu pour le secteur. Le service proposé est souvent du Software as a Service (SaaS). Il s’agit d’une solution clé en main, totalement administrée par l’éditeur. Ainsi, le client ne peut ni demander à modifier les fonctionnalités du logiciel, ni gérer ses interactions avec les autres applications du SI.

Autre cas de figure : le client souhaite conserver son application métier. L’éditeur ou l’intégrateur du nouveau logiciel peuvent alors proposer le développement d’interfaces entre les deux. Certains ERP propriétaires possèdent des « points d’entrée » (ou interfaces de programmation applicative – API) facilitant ce travail. Pour simplifier la maintenance de l’application métier ainsi que ses interactions avec le nouvel ERP, on peut alors proposer au client d’héberger l’application dans le cloud au même titre que l’ERP. Cette option engendre toutefois des coûts élevés.

Dernière possibilité, privilégiée par XCG : porter les développements spécifiques dans le nouvel ERP hébergé sur le cloud. Fonctionnalités standard et modules métiers personnalisés peuvent ainsi coexister au sein d’une même application. Le choix d’un ERP open source, ouvert et modulaire facilite grandement cette démarche. Pour plusieurs clients, XCG a ainsi installé des fonctionnalités d’Odoo déjà établies aux côtés de modules développés spécifiquement pour leur environnement de travail.

Considérer le système d’information dans son ensemble

Afin de choisir une option ou une autre, XCG évalue la situation et identifie la meilleure solution en fonction du contexte.

Selon XCG, l’hébergement cloud sur une Platform as a Service (PaaS) constitue généralement une réponse appropriée à la nécessité de changement. Tout comme l’open source, qui simplifie la personnalisation des fonctionnalités, l’utilisation d’une plate-forme externe favorise l’ajustement des ressources aux besoins du client. Telle que pratiquée par XCG, l’externalisation sur une PaaS facilite aussi l’interfaçage entre logiciels ainsi que l’évolution applicative. Si la migration d’une application métier spécifique interne vers un ERP cloud peut ainsi être complexe, le recours à une PaaS devrait réduire la difficulté de changer par la suite. En outre, chaque client détient sa propre plate-forme. Il conserve donc le contrôle de son administration, qu’il peut cependant déléguer s’il le souhaite. L’externalisation garantit en outre la fiabilité du logiciel, avec un taux de service supérieur à celui associé à un hébergement en interne.

Si, pour nombre des clients de XCG, c’est le 100 % cloud qui l’a emporté, il en ira toutefois différemment dans un environnement industriel où les applications seront localisées sur les sites de production et non connectées. L’intégrateur pourra alors proposer de faire de ces applications des clients légers : les applications sur site récupéreront les informations, dont le traitement sera assuré en back-office par l’ERP ou par d’autres applications hébergées dans le cloud.

Le cloud n’est donc pas une solution en soi mais doit s’inscrire dans le cadre d’une réflexion globale sur l’intégration de chaque application au sein du SI. Le travail de maîtrise d’œuvre et d’urbanisation est ainsi au cœur du rôle des intégrateurs comme XCG, qui assurent également une fonction de conseil.

Inscrire le changement logiciel dans une dynamique globale

Tout comme on se doit de considérer l’application dans le contexte du SI, XCG recommande de penser le changement logiciel dans le contexte d’un changement plus global. Au lieu d’imposer brutalement un changement de solution informatique à des utilisateurs réticents, mieux vaut les aider à prendre conscience que l’application actuelle ne répond plus à leurs besoins, voire engendre des usages détournés. Avant même le changement de logiciel, une révision des processus internes doit parfois être mise en place. La migration informatique s’inscrira alors dans la droite ligne de cette démarche et sera ainsi beaucoup mieux vécue. Les développeurs internes ayant réalisé l’application peuvent d’ailleurs participer au développement des fonctionnalités spécifiques dans le nouvel ERP.

Le choix d’un ERP open source hébergé dans le cloud peut ainsi répondre à plusieurs enjeux métier-clés. Il permettra de disposer d’une solution plus flexible sur le plan fonctionnel. Le logiciel sera également davantage connecté, facilitant la communication à la fois en interne et en externe.

Si des fonctionnalités métier très spécifiques peuvent tout à fait être intégrées dans un ERP hébergé dans le cloud, le changement doit ainsi s’effectuer de façon globale, en tenant compte de l’environnement de l’application dans son ensemble : système d’information, processus métiers, capacité de la solution choisie à accompagner l’évolution de l’entreprise. Si tous ces paramètres sont pris en compte, la transformation numérique libère les usages et se fait alors levier d’innovation.

Retrouvez la synthèse de la table ronde du Salon Solutions « ERP dans le Cloud : que fait-on de nos antédiluviennes mais indispensables applications métier ? ».